Ce 2/2 de 1900-1901

Fiche technique

Année de construction : 1900 – 1901
Numérotation CGTE : 1 à 25 ;  dès 1928 – 1930 : 1 à 24 (voir ci-dessous)
Constructeurs :

  • Partie mécanique : Herbrand à Cologne
  • Partie électrique : AEG ( Allgemeine Elektrizitäts-Gesellschaft) à Berlin

Longueur  totale : 8,75 m (état d’origine) : 8.80 m après transformation en 1928 – 1930
Largeur de caisse : 2,03 m (état d’origine) ; 2,11 m dès 1928 – 1930
Hauteur du véhicule : 3,73 m (trolley baissé) ; 3,80 m dès 1928 – 1930
Poids à vide : 9980 kg (état d’origine) ; 9450 kg dès 1928 – 1930
Empattement des essieux : 2.00 m
Puissance maximum : 2×20 CV (état d’origine) ; 2×35 CV après transformation (voir ci-dessous)
Vitesse maximum à l’origine : 25 km/h (état d’origine) ; 30 km/h dès 1928 – 1930
Places assises : 20
Place debout : 14 (état d’origine) ; 30 dès 1928 – 1930
Capacité totale : 34 places  50 dès 1928 – 1930

(Sources : « Le Tram à Genève », 1976)

Bref historique

Ces automotrices pour service urbain ont circulé avant tout sur les lignes suivantes, de 1900 à 1951 :

  1. Ligne 1 (Ceinture) : Cornavin – Place des Eaux-Vives – Claparède – Plainpalais – Cornavin
  2. Ligne 3 : Champel – Petit-Saconnex (jusqu’à l’introduction du trolleybus en 1946)
  3. Ligne 4 : Grand-Lancy – Mon-Repos ;  puis Grand-Lancy – Place Chateaubriand (Pâquis)
  4. Ligne 5 : Cornavin – Gare des Eaux-Vives ;  puis Sécheron-BIT – Molard

1911 : vitrage frontal des plates-formes et livrée verte.
1927-1930 : Transformation et modernisation de la série ; nouvelle caisse avec plate-forme arrondie et portes d’accès coulissantes (analogues aux motrices Ce 2/2 de la série 122 à 131 de 1920).
L’automotrice No 6, prototype de cette modernisation, est ensuite transformée en voiture cantine.
A cette occasion, la motrice No 25 semble avoir pris le No 6. La série est dès lors numérotée 1 à 24.
Nouvelle livrée vert foncé pour le bas de caisse et brun « chocolat » pour le pourtour des fenêtres.
Dès 1936, remplacement, sur 15 unités, des moteurs (pannes fréquentes) par des moteurs AEG KB 300 provenant des Ce 4/4 série 50-54 et 60-69 également transformées.
Fin des années 1940 : certaines motrices sont repeintes dans la nouvelle livrée CGTE verte et ivoire que l’on peut encore voir sur les véhicules conservés par l’AGMT.
1951 : Toute la série (toujours équipée du trolley) est retirée du service à l’arrivée des motrices normalisées 701 à 730 (généralisation de l’emploi du pantographe sur les lignes urbaines).
1952 : Les Nos 2, 5, 10, 20 et 23 sont mutées comme véhicules de service numérotés Xe 2/2 609, 687, 688, 691 et 692. Les autres motrices sont démolies.
Les motrices de service citées ci-dessus sont démolies entre 1956 et 1959.
Ces motrices étaient surnommées « AEG » par les employés vers 1950.

Ce 2/2 n°22. Couleur jaune, avant transformation – Boulevard Georges-Favon en 1904

Ce 2/2 n°5, après transformation – Place Bel-Air, ligne 3 en 1942