1903-1924 : l’apogée du réseau de trams

Le premier quart du XXe siècle nous montre un réseau de lignes de tramways électriques à son apogée. Les chiffres concernant la longueur des lignes exploitées en voie métrique sont intéressants à observer.
Le maximum de kilomètres de lignes CGTE est déjà atteint à fin 1903, avec 125,560 km et passe à 123,646 km en 1909, après le démontage de l’éphémère ligne de la Vieille-Ville. Si le réseau CGTE passe à 118,142 km après 1912, cela est simplement dû au fait que le tronçon Carouge – Croix-de-Rozon a été transféré à la compagnie du Genève – Veyrier (Ces kilomètres de ligne n’ont donc pas disparu !).

Le réseau CGTE demeure stable, à plus de 118 kilomètres de lignes, jusqu’en 1925, année où intervient la première suppression (Genève – Versoix).

En 1921 – 1922, années où le parc d’automotrices s’élève à quelque 145 unités, les longueurs respectives des différentes lignes sont les suivantes (attention : les voies communes à plusieurs lignes ne sont comptées qu’une seule fois) :

Ligne  –  Mètres  – Itinéraire
1  – 4475m.  – Cornavin – Place des Eaux-Vives – Tranchées – Plainpalais – Cornavin
2 – 4616m.  – Parc des Eaux-Vives – Rue de Rhône – Jonction – Stand de St.-Georges
3  – 5384m.  – Petit-Saconnex – Champel
4  – 4295m. –  Carouge -Caroline – Mail – Place du Cirque – parc Mon Repos
5 –  531m. –  Gare Cornavin – Gare des Eaux-Vives
6  – 5310m. –  Chantepoulet – Vernier
7  – 6279m. –  Chantepoulet – Ferney
8  – 10’005m. –  Molard – Cornavin – Rue de Lausanne – Versoix
9  – 8085m. –  Rive – Vésenaz – Hermance
10 –  18’537m. –  Rive – Vésenaz – Veigy – Douvaine
11 –  11’460m. –  Rive – Choulex – Jussy
12  – 12’513m –  Carouge – Annemasse/Etrambière
13 – 8160m. –  Quai de la Poste – St-Julien
14 – 2243m. –  Quai de la Poste – Grand-Lancy
15 – 16’940m. –  Quai de la Poste – Onex – Bernex – Laconnex – Cartigny – Chancy
11 – 8833m. –  Total des lignes de transports voyageurs de la CGTE
GV – 15’155m. –  Rive – Veyrier – Collonges-sous-Salève – Croix-de-Rozon – Carouge
133988 Total des lignes voyageurs à voie métrique
875m.  Voies de service (marchandises : ex. Cornavin, Bld. Helvétique)
24’799m. Sections à double voie
10’165m. Raccordements, dépôts, évitements (croisements)
169827m. Total des voies de tramways à Genève en 1921-1922

Cette carte de 1922 montre une particularité propre au réseau des trams genevois : si les lignes 1 à 5, essentiellement urbaines, s’entrecroisent en ville de Genève, on observe que les lignes vicinales 6 à 15 sont numérotées dans le sens des aiguilles d’une montre à partir de la rive droite du Rhône.
D’après les documents photographiques disponibles sur cette époque, il semble que c’est des années 1920-1922 que date l’affichage sur le toit des motrices du numéro de ligne (disque blanc avec numéro de ligne en noir). Jusque-là, les automotrices ne portaient sur toutes leurs faces qu’une plaque (pour les plus anciennes) ou une girouette à rouleau indiquant leur destination.


Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.