Dès 1887, Le Chemin de Fer Genève – Veyrier (GV) (1887 – 1956)

La même équipe qui lancera les Voies Etroites avait déjà montré son dynamisme en 1887, avec la construction et la mise en service de la ligne Genève – Veyrier (5,380 kilomètres).

  • 22 février 1887 : Fondation de la société de « Chemin de Fer Genève – Veyrier »
  • 20 juillet 1887 : Début de l’exploitation, avec 3 locomotives à vapeur et 8 remorques ou fourgons ! Dépôt à Veyrier.
  • 1er mai 1891 : Prolongement de la ligne jusqu’à la gare du chemin de fer du Salève qui sera mis en service en 1893 (220 mètres).
  • 25 mai 1892 : Prolongement jusqu’à Collonges-sous-Salève par le pied du Salève (4,5 kilomètres).

Cette ligne conduisant les Genevois directement au pied de « leur » montagne, le Salève, connaît d’emblée un grand succès. Du matériel supplémentaire sera vite nécessaire : une quatrième locomotive à vapeur, trois remorques, une remorque mixte (avec compartiment fourgon) et trois wagons plats.

Dès le 24 décembre 1898, le tronçon Rive – Veyrier – Gare du Salève est électrifié. Pour l’exploitation, cinq motrices sont mises en service (Ce 2/2 13 à 15, neuves, et Ce 2/2 16-17 par transformation de deux remorques). Toutes ces automotrices sont à plates-formes ouvertes. Ce n’est qu’en 1910 qu’elles recevront le vitrage des faces avant, en même temps que les premières séries de tramways de la CGTE.

G 3/3 – Collection archive SNOTPG

G 3/3 n°1 “Genève” du GV

Ce 2/2 -Photographie archive SNOTPG
Voiture 13 – Photographie archive SNOTPG

Des convois à vapeur continuent cependant de circuler, la ligne du pied du Salève voyant même rouler des automotrices à vapeur « Serpolet » reprises de la compagnie des VE.

En 1905, mise en service de trois automotrices supplémentaires (No 18 à 20) obtenues par transformations de remorques GV et ex VE.

1er janvier 1908 : La ligne 16 de la CGTE Carouge – Croix.de-Rozon – Collonges-sous-Salève (4,830 kilomètres) est raccordée à la ligne du pied du Salève du GV. Le tronçon Collonges – Gare du Salève est ensuite électrifié.

1910 : On lance encore trois automotrices (No 31 à 33), obtenues par transformation de motrices des TS à voie normale.

15 octobre 1912 : L’exploitation de la ligne Carouge – Collonges-sous-Salève est reprise par le GV.

1913 : Nouveau matériel neuf, avec le lancement des longues motrices 21 à 24 et remorques 51 à 53 pour renforcer le lourd trafic du dimanche vers le Salève. A noter que les motrices 23-24 et deux de ces dernières remorques, superflues, seront revendues aux Tramways Lausannois en 1919 déjà.

15 mai 1930 : La section Carouge – Collonges passe sous le contrôle de la CGTE qui l’exploitera avec son propre matériel.

Le même jour : Suppression du tronçon Veyrier – Collonges ; seule l’antenne de la gare du Salève reste exploitée jusqu’à la fermeture de la ligne du train du Salève en 1937 (remplacé dès 1935 par un téléphérique).

Le 1er avril 1936, la CGTE reprend l’exploitation du tronçon Genève – Veyrier (La société du GV existera néanmoins jusqu’en 1956, date de suppression du tram).
Dès le 5 mai 1936, les automotrices du GV roulent avec le numéro de ligne 8 jusqu’ à Sécheron.

Dès 1941, la ligne va constituer une curiosité dans la numérotation des lignes genevoises. En effet, Le tronçon Rive – Veyrier est exploité en semaine sous le numéro de ligne 6 avec du matériel CGTE faisant la transversale Vernier – Veyrier. Le dimanche, Rive – Veyrier est exploité comme ligne No 8, avec du matériel mixte (convois CGTE et convois GV, toujours dans leur livrée typique vert foncé).

Le 2 juin 1956, l’exploitation par tram est supprimée et remplacée par un service d’autobus. A noter qu’à l’époque il était prévu une exploitation par trolleybus Vernier – Veyrier, dès la suppression du tram sur la ligne 6 en 1959.

Si les motrices 13 à 20 seront démolies entre 1946 et 1950, les 21 et 22 auront l’honneur de rouler jusqu’à la fermeture de la ligne en 1956, en conservant leur livrée vert foncé d’origine (avec logo GV), et ceci bien que l’exploitation de la ligne ait été reprise par la CGTE en 1936. A noter également que la Ce 2/2 21 (dont l’empattement sera réduit pour pouvoir tourner dans la boucle de Cornavin) a même circulé, de 1941 à 1946 sur la ligne No 7, Cornavin – Grand-Saconnex !


Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.