Catégories Actualités, Mobilité, Monde, tarif, unireso

L’abonnement de transport «tout-en-un»


De la communauté tarifaire à la mobilité comme service intégré

Photo Transportshaker

Photo Transportshaker

Un abonnement qui permet de profiter de tous les modes de déplacement, au-delà de la seule communauté de transports publics, est-ce la solution adéquate pour résoudre les problèmes de mobilité en ville? Des expériences pilotes dans des villes nordiques comme Göteborg en Suède et Oslo en Norvège devraient apporter des réponses.

L’objectif recherché est d’inciter des familles à laisser la voiture privée au garage et de la remplacer par des offres de transport – cartes, forfaits et applications diverses. En clair, la diversité des billets et titres de transport fait la place à un seul abonnement mensuel «tout-en-un». Pour environ 130 euros par mois, le titulaire de l’abonnement peut utiliser les vélos, le covoiturage, le bus, le tram, le taxi et même la location de voiture pour un week-end à la campagne par exemple.

Le «buffet à volonté» du transport

Les promoteurs de l’abonnement parlent d’une sorte de «buffet à volonté» du transport. Ils cherchent à convertir les propriétaires de voiture en consommateurs de services. Une fois qu’ils ont acheté leur voiture, ils ont tendance à l’utiliser au maximum pour rentabiliser leur investissement. Il s’agit d’un grand défi: offrir aux utilisateurs une vie quotidienne aussi facile qu’avec une voiture privée. Et à un coût concurrentiel avec celui de cette voiture.

En 2013 et 2014 à Göteborg, 70 foyers ont participé à une première expérience six mois durant, en s’engageant à laisser leur voiture personnelle au garage. A l’issue de cet essai, 50% des usagers ont indiqué vouloir changer leur comportement. En 2018, l’expérience sera renouvelée à Göteborg et étendue à Stockholm.

Des actions similaires sont en cours à Oslo et à Helsinki. Leurs promoteurs parlent de «la mobilité comme service». Un service qui devrait faciliter la mobilité dans la vie quotidienne, prendre en charge les problèmes logistiques au sein d’une certaine zone et fournir toutes les informations pertinentes aux usagers. Un peu à l’image de la consommation d’électricité: on compte dessus sans y penser. On paie à la fin du mois et on fait confiance au système.

Une offre multimodale intégrée

Ce système ne manque pas d’attraits en proposant une offre multimodale intégrée, personnalisée et compétitive, de nature à répondre aux besoins de chacun en toutes circonstances. Mais les défis sont de taille. Il s’agit de proposer, via une plateforme unique, un service de mobilité complet d’un point A à un point B en combinant différents modes de transport, que l’on peut réserver et payer en une fois pour l’ensemble du trajet. Un peu à l’image des transports publics suisses qui permettent d’acheter un billet de transport valable sur le train, le bus et le bateau.

La plateforme doit fédérer des prestataires de services publics et privés qui s’adressent à des clientèles différentes, en appliquant des tarifs spécifiques. Pratiquement, l’opérateur de mobilité à la carte propose des abonnements pour des combinaisons de modes de transport. Une fois l’abonnement choisi pour aller de A à B, différentes combinaisons des modes de transport public, privé ou partagé sont possibles, selon des critères choisis par le voyageur (plus rapide, moins cher, plus confortable). Le voyageur fait son choix, réserve, paie et se fait livrer un billet unique pour l’ensemble des trajets.

On imagine les difficultés liées à l’intégration des différents services offerts sur la plateforme. Il s’agit de partager les données de chacun des transporteurs, d’unifier des tarifs, de trouver une clé de répartition des recettes. Les offres de transport doivent être financièrement attractives pour attirer une masse critique de voyageurs. Des expériences à suivre donc et qui pourraient résoudre en partie du moins le casse-tête de la mobilité urbaine.

On notera avec intérêt la décision récente du Conseil fédéral concernant l’ouverture des systèmes de données et de distribution dans les transports.

Cette ouverture permettra l’accès aux informations utiles sur les réseaux ferroviaires et routiers, les arrêts et les stationnements, aux données d’exploitation (horaires, temps de parcours) et à celles concernant les prix (billet, stationnement, coût par trajet et par moyen de transport). Elle facilitera le développement de services de mobilité multimodale. Les propositions sont attendues pour fin 2018.

Article paru sur “Domaine public” : https://www.domainepublic.ch/articles/32549

Aucun commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.