Catégories Actualité, Ailleurs, Mobilité, Monde

Pourquoi au Japon les conducteurs de trains….


Pourquoi au Japon les conducteurs de trains et les agents en gare pointent tout du doigt ?

Il est difficile de ne pas le remarquer lorsque l’on prend le train au Japon. Des employés en gants blancs et uniforme aux couleurs de la compagnie ferroviaire pointent systématiquement leur doigt vers le quai quand les trains entrent et sortent de la station. La situation fait également partie du quotidien des conducteurs qui doivent pointer toute une série de panneaux, cadrans et boutons durant leur trajet.

Le système ferroviaire japonais a l’une des meilleures réputations du monde. 12 milliards de passagers chaque année transportés avec une ponctualité à faire rougir les plus grands horlogers suisses.

Les conducteurs de train et le personnel en gare jouent un rôle important dans l’exploitation sûre et efficace des lignes. Un aspect clé de cette réussite est la variété des gestes physiques et vocaux qu’ils accomplissent tout en s’acquittant de leurs fonctions. Bien que cela puisse paraître inutile aux yeux des usagers, les mouvements et l’utilisation de la voix sont une méthode de sécurité industrielle innovante japonaise connue sous le nom de “pointage-et-appel”, un système qui réduit les erreurs de travail jusqu’à 85%.

Connu en japonais sous le terme shisa kanko (指差喚呼), le pointage-et-appel s’appuie sur le principe d’associer ses tâches aux mouvements physiques et à la voix pour éviter les erreurs en “augmentant le niveau de conscience des travailleurs” selon l’Institut national de la sécurité et de la santé au travail du Japon. Plutôt que de se fier aux yeux ou à l’habitude d’un travailleur, chaque étape dans une tâche donnée est renforcée physiquement et audiblement pour s’assurer que l’étape est complète et précise.

Dans le contexte ferroviaire, lorsque les conducteurs de train souhaitent effectuer un contrôle de vitesse requis, ils ne regardent pas simplement un affichage. Au contraire, le compteur de vitesse sera physiquement pointé en prononçant la phrase “contrôle de vitesse, 80”. Pour le personnel en gare qui s’assure que la sécurité est assurée sur les quais (aucun débris ou passager tombé), un balayage visuel seul ne suffit pas. Au lieu de cela, le préposé montrera le quai et balayera son bras sur toute la longueur, en suivant le mouvement des yeux, avant de déclarer clairement que tout va bien. Le processus se poursuit jusqu’à ce que le train ait quitté entièrement la gare, assurant ainsi que des sacs ou des passagers ne sont pas accrochés aux portes fermées du train.

Le système est en place dans plusieurs industries au Japon. À l’origine développé par le Bureau d’administration du chemin de fer de Kobe, disparu au début du 20e siècle, on sait que le pointage-et-appel réduit les erreurs de travail jusqu’à 85%, selon une étude de 1996.

Malgré sa simplicité et son efficacité, cette méthode serait encore exclusive au Japon. Les commentateurs japonais ont théorisé que les employés occidentaux se sentent “stupides” en exécutant les gestes et les appels requis.

Les travailleurs japonais ne sont pour autant pas toujours très à l’aise quand il s’agit de “pointer et d’appeler”. Mais après une formation ils reconnaissent que le pointage et appel est nécessaire pour la sécurité des opérations et par conséquent ne se sentent pas embarrassés.

L’article ci-dessus est une copie (autorisée) paru sur “https://dozodomo.com/bento/2017/04/03/conducteur-train-agent-gare-japon-pointe-doigt/“. L’auteur : MEHDI ELHANI


Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 3.0 non transposé.

Aucun commentaire