Autobus Saurer de 1937

En prévision de la suppression de l’exploitation par tramways de certaines lignes de campagne et de leur remplacement par services d’autobus, la CGTE acquiert, en 1937, huit autobus SAURER de deux types légèrement différents. Ces véhicules, portant les numéros 15 – 16 et 21 à 26, complètent le parc restreint que possédait déjà la compagnie : les petits Saurer Nos 1 à 3 de 1928-1931, et les Saurer de plus grande capacité Nos 11 à 13 de 1931-1932.

Fiche  technique :

  • Année de mise en service : 1937
  • Numérotation  Compagnie Genevoise des Autobus et CGTE : Nos 15 et 16 ; Nos 21 à 26
  • Numérotation CGTE dès 1958 : Nos 904 – 905 ; Nos 911 à 916
  • Constructeur : Adolf Saurer SA, à Arbon (pour l’ensemble du véhicule)
  • Longueur totale : 9,18 m (Nos 15-16) ; 9,96 m (nos 21 à 26)
  • Largeur de la caisse : 2,20 m (gabarit « car postal PTT ») pour les Nos 15 – 16 – 2,40 m (gabarit « autobus ») pour les Nos 21 à 26
  • Hauteur maximale fixe : 3,00 m
  • Poids à vide : 5500 kg (Nos 15 – 16) ; 6900 kg (Nos 21 à 26)
  • Empattement des essieux : 5,00 m (Nos 15 – 16) ; 5,80 m (Nos 21 à 26)
  • Puissance : 75 CV (Nos 15 – 16) ; 100 CV (Nos 21 à 26)
  • Vitesse maximum : 60 km/h
  • Places assises : 24 (Nos 15 – 16) ; 30 (Nos 21 à 26)
  • Places debout : 12 (Nos 15 – 16) ; 20 (Nos 21 à 26)
  • Capacité totale : 36 places (Nos 15 – 16) ; 50 places (Nos 21 à 26)
  • Boîte à embrayage mécanique, 5 vitesses avant, levier de vitesses au plancher.
  • Conduite à droite, permettant au conducteur de commander manuellement la porte d’accès pliante à double vantail, côté trottoir.

Notes historiques
Ces autobus ont porté, de 1937 à 1950 environ, la livrée bleue et ivoire (sans logo) de la Compagnie Genevoise des Autobus, filiale de la CGTE, créée en 1937.

Photo source CGTE - Collection SNOTPG
Photo source CGTE – Collection archive SNOTPG

Autobus SAURER 904, ex No 15, en livrée CGTE coq-de-roche, vers 1970

Toute la série reçoit, vers 1950, la livrée verte et ivoire de la CGTE avec le logo de la compagnie. Seuls les Nos 904 (ex No 15) et 911 (ex No 21) recevront, dans le courant des années soixante, la livrée coq-de-roche et le nouveau logo CGTE horizontal. Bien que ces autobus aient disposé d’une porte de secours sur la face gauche, après l’essieu arrière, l’entrée et la sortie des voyageurs s’effectuaient par la porte avant, près du conducteur. Pour le transport des bagages ou de la poste, ces véhicules étaient munis à l’origine d’un porte-bagages situé sur le toit (accès par une échelle sur la face arrière). Ces porte-bagages sont démontés vers 1950. Certains de ces autobus circulaient occasionnellement avec une petite remorque à bagages grise, dont la CGTE possédait quelques exemplaires pour le transport de la poste. A la fin de l’engagement de ces autobus sur les lignes de campagne du réseau, le courrier postal et les paquets étaient transportés à l’arrière du véhicule (au sol et sur les sièges !) dans le compartiment des voyageurs. Une corde munie d’une plaque jaune, tendue en travers du véhicule, interdisait l’accès aux voyageurs au fond du véhicule. Heureux temps où l’on ne craignait rien !

SAURER n°15 en livrée "coq-de-roche" Photo Jean-Henri Manara
SAURER n°15 en livrée “coq-de-roche” Photo Jean-Henri Manara

Au début des années soixante, à midi, deux « vieux » Saurer de la série 911 – 916 prêts au départ de Rive, parmi d’autres autobus plus modernes (photo tirée du livre « Les transports en commun à Genève »). Bien que ces véhicules aient pu circuler sur toutes les lignes – ce qui est le propre des autobus – on les rencontrait avant tout sur les lignes suivantes :

De 1938 à environ 1950 (les lignes d’autobus portent des lettres depuis le 1er janvier 1938)
Ligne A : Molard (puis Rive) – Cologny – Gy  – (Veigy, jusqu’en 1939). Avant 1938, ligne 21.
Ligne B : Rive – Vandoueuvre – Choulex – Chevrier.
Ligne C : Rive – Chêne-Bourg – Puplinge – Jussy. Avant 1938, ligne 22.
Ligne D : Quai de la Poste – Saint-Julien (de 1944 à 1950, tram 13 réintroduit jusqu’à Perly).
Ligne E : Quai de la Poste – Bernex – Chancy.
Ligne F : Cornavin  – Grand-Saconnex – Ferney (le tram 7 remplace le bus de 1941 à 1946).

De 1950 au milieu des années soixante Ces robustes autobus continuent d’assurer régulièrement le service sur les ligne A, B, E, F, en alternance avec les « normalisés » des séries 40 à 52 (dès 1958 : 921 à 933) et 53 à 59 (dès 1958 : 934 à 940). Après la mise en service des « Divabus » (941 à 967) en 1958, et de séries plus modernes, dès 1962, ces vaillants Saurer assurent surtout du service de renfort. Vers 1960, ils étaient fréquemment engagés sur la ligne E « branche nord » (variante de la ligne E desservant Bernex – Aire-la-Ville – Cartigny – Avully ) et sur la ligne F, où ils étaient les préférés des collégiens (dont faisait partie votre serviteur) du collège Rigot, entre Cornavin et la place des Nations. Dès 1960, on les voit aussi sur les deux nouvelles lignes Y (Carouge – Vessy – Veyrier) et Z (Cornavin – Collex – Bossy).La majeure partie de la série de ces huit autobus est retirée du service à la fin des années soixante. Seuls les Nos 904 et 911, repeints aux nouvelles couleurs de la CGTE, connaîtront un sursis, en assurant le service de la ligne La Plaine – Dardagny jusqu’en 1970, année où ils seront remplacés, sur cette ligne, par des autobus rachetés d’occasion aux Transports publics de la ville de Berne. Il semble que toute cette belle série « symbole typiquement helvétique »ait été démolie et qu’aucun survivant n’ait été conservé parmi ces autobus à moteur avant. Dommage.

Autobus SAURER 904, ex No 15. Photo Jean-Henri Manara
Autobus SAURER 904, ex No 15. Photo Jean-Henri Manara

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.